En taclant "Le Canard", Fillon avoue… une 3e indemnité de Penelope — PenelopeGate

La lettre de François Fillon aux Français alors que sa défense est mise à mal

Penelopegate : François Fillon dénonce les "mensonges" du Canard Enchainé

Le candidat de la droite à la présidentielle s'insurge contre l'hebdomadaire satirique.

Enquête réalisée en ligne le 6 février 2017. Il ne se prononce pas non plus sur l'accusation portée par Le Canard, qui dit qu'à l'époque ces montants dépassaient ceux prévus pour les licenciements des attachés parlementaires. Et pour la troisième semaine consécutive, jour de révélations sur François Fillon.

La femme de François Fillon aurait d'abord reçu "16.000 euros d'indemnités, soit l'équivalent de cinq mois de salaire" en août 2012 alors qu'elle était depuis un mois assistante parlementaire de Marc Joulaud, suppléant de François Fillon.

Cette nouvelle révélation intervient en pleine contre-offensive du candidat. Pour ce qui est des faits, François Fillon est longuement revenu sur les déclarations que lui et son épouse ont faites lors de leurs auditions devant les magistrats du parquet financier. Il n'y a " pas de plan B ", mais " juste un plan A comme Attaque", a-t-il martelé devant des troupes parfois déboussolées à l'approche du scrutin présidentiel des 23 avril et 7 mai.

Il livre sa "vérité" dans une "lettre aux Français" publiée mercredi dans le quotidien régional Ouest-France. "Toutes ces informations auraient pu être exploitées avant", a répondu François Fillon à des questions sur le déroulement de l'affaire, contestant l'interprétation des déclarations de sa femme Penelope à des journalistes britanniques en 2007. C'était une erreur, je le regrette profondément et je présente mes excuses aux Français.

Par ailleurs, précise le Canard, " Toujours pas la moindre preuve des quinze ans de travail de Penelope ". "J'ai choisi de me tenir debout face aux Français, face à leur jugement", assure-t-il. "Aucune instance n'a la légitimité pour remettre en cause le vote de la primaire", a poursuivi l'ex-Premier ministre. Aujourd'hui, François Fillon est déterminé à aller jusqu'au bout et nous devons faire en sorte qu'il aille jusqu'au bout.

Selon un sondage publié mardi, les deux tiers d'entre eux (65%) n'ont pas été convaincus par ses explications sur le travail rémunéré de ses proches.

"Je ne serai pas candidat à l'élection présidentielle si je suis mis en examen, je suis le seul candidat a avoir pris cet engagement".

"Se retrouver comme ça dans le tourbillon médiatique, c'est dur".

Les cartes sont désormais rebattues à moins qu'une décision de justice défavorable à François Fillon ne vienne assombrir à nouveau son horizon politique.

Dernières nouvelles