Trump défend sa politique de "bon sens" sur l'immigration

Il s'agit de la première rencontre entre les deux dirigeants

Plein écran Il s'agit de la première rencontre entre les deux dirigeants

Le premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Donald Trump ont insisté sur la " relation exceptionnelle " qui unit les deux pays, lors d'un point de presse commun à Washington, lundi, rappelant l'importance de leur relation commerciale, qui est bénéfique d'un côté comme de l'autre de la frontière.

"Le Canada restera toujours fidèle à ses valeurs qui ont fait de nous un pays extraordinaire, un lieu d'ouverture et de respect", a pris soin de souligner le jeune dirigeant canadien avant son départ, interrogé sur la façon dont il entendait aborder cette rencontre.

Très active sur le réseau social, elle a pour habitude de partager des messages alarmistes sur Donald Trump, mais cette fois, elle a donc préféré se concentrer sur le physique et la voix du Premier ministre canadien.

Fervent partisan du libre-échange, M. Trudeau avait, pendant la campagne électorale américaine, mis en garde contre la tentation du "repli" et du "protectionnisme".

Ainsi sur l'immigration, le président américain a défendu sa politique de "bon sens", assurant que les "méchants" seraient pourchassés. Il a répété lundi que son problème avec le traité concernait le Mexique et qu'il souhaitait apporter de petits ajustements aux éléments liant le Canada aux États-Unis. La situation avec la Canada "est beaucoup moins grave que ce qui se passe à la frontière sud", a-t-il ajouté, évoquant des échanges "extrêmement injustes", avec le Mexique.

Et il apparaît, selon ce qui a transpiré de la rencontre entre les deux hommes et les propos tenus lors de leur conférence de presse, que M. Trudeau n'a pas soulevé cet enjeu, "qu'il ne s'est pas tenu debout pour les droits de la personne au nom des Canadiens", a regretté Mme Kwan.

" Je suis très honoré d'être ici avec le premier ministre Trudeau ", avait déclaré M. Trump pendant une brève séance de photos avant le début des tables rondes prévues au courant de la journée.

Le parcours, les orientations politiques, le style: tout sépare Donald Trump de Justin Trudeau, de 25 ans son cadet, qui ne cachait pas sa complicité et ses réelles convergences de vue avec Barack Obama.

M. Trudeau est arrivé au pouvoir en promettant de gouverner "avec optimisme vers l'avenir" et de redorer l'image du Canada à l'étranger.

Dernières nouvelles