Une perte de 3 milliards pour Toshiba ?

Une perte de 3 milliards pour Toshiba

Toshiba subit de plein fouet les dépréciations de sa filiale nucléaire américaine.@ KAZUHIRO NOGI AFP

Le groupe a demandé à ce qu'il puisse attendre jusqu'au 14 mars pour publier ses comptes. "Un article du journal Nikkei de dimanche indique que notre résultat net sera négatif à hauteur de 400 milliards de yens (3,3 mds EUR), mais comme nous l'avons déjà dit précédemment, nous sommes toujours en train d'effectuer les calculs en vue de la publication de nos résultats le 14 février", a écrit Toshiba dans un bref communiqué.

Le groupe indique par ailleurs qu'il va revoir sa stratégie de fond en comble pour limiter les risques dans l'activité nucléaire à l'étranger, en ne prenant plus en charge financièrement la construction de nouveaux projets, et en se concentrant désormais sur la fourniture d'équipements et l'ingénierie.

Devant un tel imbroglio, le président du conseil d'administration, Shigenori Shiga, a décidé de quitter ses fonctions (au demeurant non exécutives), mais reste dans l'entreprise.

Ce nouvel épisode rappelle le précédent scandale qui a valu au printemps 2015 à Toshiba de faire la une des journaux, et qui s'est soldé par la démission de la direction, le licenciement de près de 7.000 salariés et par la cession de certaines activités. Ce développement découle du "signalement en interne" de pressions exercées durant cette transaction qui est à l'origine des malheurs actuels de Toshiba. Ces informations n'ont pas ému les investisseurs à la Bourse de Tokyo, car même si les chiffres avancés par le Nikkei sont confirmés, ce ne sera pas une surprise.

Le titre est descendu à 226,2 yens à la reprise après la pause déjeuner, soit un recul de 9,45%, les investisseurs s'inquiétant des raisons pour lesquelles Toshiba, en proie à une nouvelle crise, n'a pas réussi à communiquer à l'heure promise le montant des pertes redoutées en raison de la mauvaise situation de son activité nucléaire.

Mais la vigilance n'est manifestement pas allée jusqu'à passer au peigne fin les risques liés aux opérations conduites par Westinghouse aux Etats-Unis où l'entreprise s'est rendue compte trop tard qu'en rachetant CB&I, une firme impliquée dans la construction de centrales nucléaires, elle avait ouvert sous ses pieds un gouffre financier.

Toshiba est acculé à une nouvelle reconfiguration de ses activités.

Vers un abandon de la construction de centrales nucléaires hors du Japon? Il a prévenu mardi qu'il pourrait en céder la majorité au lieu de seulement 20%.

"Toshiba cède les activités bien portantes pour renflouer celles qui vont mal, le contraire d'une stratégie de bon sens", a souligné dans une émission de radio l'essayiste spécialisé, Tetsu Machida.

Dernières nouvelles