François Hollande s'inquiète de cyber-attaques — Présidentielle française

François Hollande à l'Elysée le 15 février 2017

François Hollande à l'Elysée le 15 février 2017

Lundi, un proche du candidat centriste à la présidentielle Emmanuel Macron avait appelé les "plus hautes autorités de l'État" à "garantir qu'il n'y aura pas d'ingérence d'une puissance étrangère dans (la) vie démocratique" française. La Russie n'a pas l'intention de s'immiscer dans des processus électoraux à l'étranger, a dit son porte-parole, Dmitri Peskov.

En Conseil de défense et de sécurité nationale, le président de la République a demandé que des " mesures spécifiques de vigilance et de protection " dans le domaine de la cybersécurité lui soient présentées le 23 février prochain.

Si l'Elysée s'est bien gardé de donner la moindre précision sur la nature ou l'origine des menaces redoutées, les regards se tourneront une nouvelle fois vers la Russie de Vladimir Poutine.

Lire aussi: Piratage de la campagne de Macron. A la mi-décembre, le ministre avait prévenu que la France pourrait avoir recours à l'arme numérique face aux cybermenaces contre ses intérêts. "Il en va de notre Démocratie, de notre souveraineté, de notre indépendance nationale", a-t-il ajouté.

Dernières nouvelles