Acculé par plusieurs affaires, Andrew Puzder quitte déjà l'équipe de Donald Trump

USA: L'homme d'affaires choisi par Donald Trump pour le poste de secrétaire au Travail se retire

Etats-Unis : un ministre désigné par Trump forcé de se retirer

Il a en revanche pris la parole pour dénoncer les fuites qui alimentent la presse au quotidien et l'ont poussé à se séparer de son conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, lundi soir.

Le chef de la direction de CKE Restaurants a indiqué que bien qu'il ne "servira pas dans l'administration Trump", il appuie sans réserve le président et son équipe "hautement qualifiée". Cette désaffection a incité les dirigeants républicains au Sénat à penser qu'ils ne disposeraient pas du nombre de voix nécessaires pour faire confirmer Andrew Puzder comme secrétaire d'État. " Je retire ma candidature au poste de secrétaire au Travail ", a déclaré Andrew Puzder dans un communiqué transmis à plusieurs médias.

La nomination d'Andrew Puzder faisait l'objet de contestations grandissantes au Sénat, et ce, tant chez les républicains que chez les démocrates. Puzder a récemment reconnu avoir employé au noir une femme de ménage en situation irrégulière pendant plusieurs années.

Le haut dirigeant dans la restauration rapide a dit, dans un document fourni à l'Associated Press, qu'il était "honoré d'avoir été considéré par le président Donald Trump pour diriger le département du Travail et remettre les entreprises et les travailleurs américains sur la voie d'une prospérité durable". Mais les démocrates avaient promis de voter non et plusieurs des 52 républicains ont renoncé à le soutenir. Constatant l'impossibilité de la tâche, l'homme d'affaires a jeté l'éponge. Par ailleurs, son divorce difficile en 1987 refait parler aujourd'hui, suite aux accusations de violences conjugales proférées par son ex-femme (qui est ensuite revenue sur ses propos). Le site Politico a ainsi exhumé le témoignage anonyme de son ex-épouse, Lisa Fierstein, dans une interview menée par Oprah Winfrey en 1990.

Selon un sénateur républicain qui n'a pas voulu dévoiler son identité, " au moins " douze sénateurs républicains ont retiré leur soutien à l'homme d'affaires ces dernières heures.

Dernières nouvelles