Affaire Fillon: réunion lundi soir de députés LR inquiets sur la campagne

Virginie Calmels

Toujours englué dans le "Penelopegate ", François Fillon a déjeuné, à sa demande, hier, avec Nicolas Sarkozy, à la recherche du soutien de l'ex-homme fort du parti Les Républicains pour calmer la fronde dans son camp.

"Flanqué de sa première adjointe, Virginie Calmels, qui a intégré l'organigramme de campagne de François Fillon comme conseillère du " Pôle société civile ", et du député-maire d'Arcachon Yves Foulon, Alain Juppé, qui préside la fédération des Républicains de Gironde, a évoqué une " campagne difficile " avec " deux objectifs ": " rassembler " et " parler aux Français de ce qui les intéresse vraiment ".

Lorsqu'il arrive mardi à l'Assemblée, Georges Fenech compte bien alerter François Fillon de ce "qui se dit sur le terrain".

"C'est une sorte d'alliance objective afin de limiter la casse", a commenté un député LR. Des parlementaires LR - réunis lundi soir pour évoquer les suites de l'affaire des emplois présumés fictifs de Penelope Fillon - ont fait le constat de "l'impossibilité de faire campagne" et entendent le faire savoir au candidat. "Or, dans cette élection, le deuxième tour va être (.) très particulier. (.) Je ne suis pas son porte-parole, je ne suis pas son avocat, je suis son soutien, je l'accompagne et je pense qu'il peut gagner", a-t-il affirmé.

"Je ne pense pas que ce qui lui est reproché le disqualifie pour exercer la fonction de président de la République", a jugé mercredi le président des centristes de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, devant la presse parlementaire.

Réponse proportionnée. François Fillon estime que le cadre pénal actuel n'est pas efficace.

Comment mieux dire? Sa conseillère politique Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de France 2 ce mercredi, ne semble pourtant pas de cet avis: "Il faut qu'on réussisse ensemble à dépasser ce trouble pour remettre de l'espérance dans cette campagne", déclare-t-elle.

Dernières nouvelles