Air France-KLM a progressé en 2016

Célébration des 20 ans du hub d’Air France: Roissy au rythme de l’évolution du transport aérien

Air France-KLM: bénéfices 2016 en forte hausse après la vente de Servair

KLM est plus petite qu'Air France mais c'est elle qui tire le groupe vers le haut.

Mais Air France-KLM parvient à améliorer sa rentabilité avec un résultat d'exploitation de 1,049 milliard d'euros, en hausse de 269 millions d'euros par rapport à 2015 (558 millions d'euros hors change).

Cette vente avait été bouclée fin 2016, pour un montant de 270 millions. En 2015, les deux compagnies affichaient des résultats comparables (426 millions pour Air France, 384 millions pour KLM). En 2015, le groupe avait encaissé ses premiers bénéfices depuis 2008, avec un bénéfice net de 118 millions d'euros.

La principale source d'amélioration du résultat d'exploitation est conjoncturelle: la facture carburant s'est établie à 4,59 milliards d'euros, ce qui représente une baisse de 25,7% par rapport à l'année précédente. La marge d'exploitation de KLM s'envole de 3 points, à 6,9% alors que celle d'Air France baisse légèrement de 0,2 point, à 2,4%. Le chiffre d'affaires a en revanche baissé de 3,3% à 24,8 milliards d'euros.

Cet écart s'explique, selon la direction, par l'impact des attentats sur l'attractivité de la destination France, et les conséquences de deux grèves de personnel navigant d'Air France dont le coût total est estimé à 130 millions d'euros. Malgré une concurrence de plus en plus agressive, notamment de la part des compagnies low cost et des compagnies issues des Émirats et autres royaumes pétroliers du golfe Persique, Air France-KLM a considérablement augmenté ses bénéfices sur cet exercice.

En filigrane, le plan Trust Together, bien sur, et son projet Boost, devant introduire une nouvelle compagnie.

"Le contexte mondial reste fortement incertain au regard de l'environnement géopolitique et économique dans lequel nous opérons, du prix du carburant et de la poursuite de la situation de surcapacité sur différents marchés, entraînant une pression sur les recettes unitaires", précise le groupe.

Le transporteur souligne qu'il prévoit en 2017 d'intensifier ses économies, promettant de réduire ses coûts unitaires d'au moins 1,5% après une baisse de 1% en 2016, en ligne avec son propre objectif.

Dernières nouvelles